Evénement

No Comment
Feedback on Paris Fintech Forum
With more than 1700 participants from 35 countries, the recent Paris Fintech Forum demonstrated the strength of the French Fintech ecosystem and the attractiveness of Paris as a financial center. French officials and financial regulators participated in the event with a strong delegation and asserted their determination to support Fintech and accelerate their own digital transformation.

Read the article « French Finance Regulators Embrace Fintech » from Therese Torris on Crowdfundinsider

The Paris Fintech Forum 2017 in one  1 minute video :

Read More
No Comment
LendIt Europe 2016 : retour sur l’événement

Près de 900 acteurs du peer-to-peer lending venus du monde entier se sont rassemblés, les 10 et 11 octobre, à Londres, pour le LendIt Europe 2016. Ce fut l’occasion pour les 150 intervenants de partager leurs expertises sur l’industrie et son évolution. 

lendit_patchwork-photos

 

Retour sur l’événement avec l’article rédigé par Nicolas Lesur : « LendIt Europe 2016: l’année de la maturité »

Retrouvez les vidéos de la manifestation ici : blog.lendit.com/presentation-slides-lendit-europe-2016

 

Read More
No Comment
5th European Crowdfunding Network convention

From potential Brexit effects on Fintech to block-chain for crowdfunding: the 5th ECN Crowdfunding Convention is going to be an exciting one.

2016 is proving to be a hot year for crowdfunding and alternative finance globally. Brexit and its possible effects on crowdfunding, Lending Club’s scandal and its impact on P2P lending, the potential of block chain technology for crowdfunding are just a few of the discussions that shaped the first half of this year and will animate the 5th ECN Crowdfunding Convention. This high-level event, which is a reference meeting for the pan-European crowdfunding ecosystem, will gather experts and professionals from all over Europe to discuss these and many other topics.

Read More
No Comment
Les annonces d’Emmanuel Macron aux 3° Assises de la finance participative

Mardi 29 mars 2016, devant les 500 personnes réunies à l’occasion des 3èmes Assises de la finance participative, organisées par l’association FPF au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron a présenté une série de mesures visant à favoriser le développement du secteur en France.

 

Un an et demi après l’entrée en vigueur du cadre réglementaire relatif au financement participatif, les nouvelles mesures annoncées par le ministre concernent autant l’investissement que le prêt :

  • Le relèvement du seuil des collectes réalisées par les Conseillers en investissements participatifs (CIP) de 1 à 2,5 millions d’euros ;
  • La possibilité pour les CIP d’intermédier de nouveaux titres financiers : actions de préférence, obligations convertibles et titres participatifs ;
  • La possibilité pour les personnes morales de prêter en souscrivant des bons de caisse (désormais appelés minibons) par le biais des CIP ; une expérimentation sera par ailleurs conduite pour sécuriser les registres des minibons dans la blockchain ;
  • Le relèvement du seuil de 1000 à 2000€ pour les prêts rémunérés et de 4000 à 5000€ pour les prêts sans intérêt réalisés par le biais des Intermédiaires en financement participatif (IFP)

« Ces mesures répondent favorablement aux 15 propositions que nous avions formulées en septembre 2015. Nous les accueillons donc évidemment avec plaisir. Elles permettront d’élargir le champ d’action des plateformes, d’offrir des possibilités de financement plus larges tout en protégeant les Français qui utilisent leur épargne pour financer l’économie » se félicite Nicolas LESUR, Président de Financement Participatif France.

Read More
No Comment
Le crowdfunding s’invite à la COP21

La 21e Conférence des parties, s’est tenue au Bourget du 1er au 11 décembre. Et parce que le financement participatif est un outil pertinent et de plus en plus pratiqué pour le développement de projets de la transition écologique et énergétique, Financement Participatif France avait un stand sur les espaces Générations climat, avec les plateformes 1001pact, Arizuka, Enerfip, Green Channel, Kiss Kiss Bank Bank, Lendosphere, Lumo, We do good et Wiseed.

Cette mobilisation citoyenne fut également l’occasion d’organiser une conférence, en partenariat avec le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’énergie:

Le financement participatif, un moyen d’action des citoyens pour la transition écologique et énergétique

 par Typhaine Lequeux, Chargée d’étude financement participatif MEDDE/CGDD/DDD

 

Samedi 5 décembre, journée de l’action et des solutions, le commissariat général au développement durable organisait avec l’association Financement Participatif France une conférence-débat dans les espaces Générations climat. Retour sur la conférence-débat sur le financement participatif, un moyen d’action des citoyens pour la transition écologique et énergétique.

Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable, a introduit ce side-event en réaffirmant le soutien du ministère à la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique, et à ces nouveaux modèles, à la croisée des chemins entre économie numérique et économie solidaire. Elle a expliqué l’articulation de ces pratiques avec l’évolution du rôle de l’Etat, qui passe d’une fonction principale de contrôle à une posture de facilitation et d’animation. Allusion aux négociations interétatiques à la COP21, qui se déroulent dans un cercle fermé entre politiques, diplomates et experts, « il n’y a rien de pire », selon elle, « que d’avoir le sentiment qu’on ne peut rien faire » en tant que simple citoyen. Elle a donc rappelé les engagements forts du ministère pour faire avancer le développement du financement participatif : le processus de labellisation qui va être mis en place, et la rédaction des décrets pour tirer parti au maximum des avancées voulues par la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Suite à l’intervention inspirante et énergique de la Commissaire générale au développement durable, une vidéo de présentation du financement participatif pour la transition écologique et énergétique a été projetée, illustrant de nombreux exemples de projets de transition écologique et énergétique qui ont été financés par ce moyen. Des témoignages de contributeurs ont permis de comprendre quelles valeurs et quelles motivations poussent les gens à investir dans la transition énergétique et écologique.

Le débat qui a suivi a permis d’approfondir les modèles des plateformes, telles que 1001pact et Lendosphere (prêt dans les énergies renouvelables), ainsi que les différentes façons de faire participer les citoyens aux projets. Les porteurs de projet de transition énergétique Valorem, Comwatt et la SEM Sergies nous ont expliqué pourquoi ils avaient fait appel à ce système, et ce que ça leur a apporté. Leur conclusion : aucune raison valable pour ne pas le faire ! C’est simple et extrêmement bénéfique pour le projet et l’entreprise. Le Crédit coopératif a lui aussi apporté son point de vue de banquier coopératif sur le secteur, proche selon lui du monde des coopératives. L’importance d’offrir aux épargnants la possibilité de flécher leur argent en toute transparence a été soulignée. Ce débat particulièrement constructif s’est conclu sur les perspectives d’avenir proche et les obstacles encore existant au développement : système énergétique complètement centralisé, limites de la loi crowdfunding…

Pour finir cet évènement, devant un public international et extrêmement réceptif, le commissariat général au développement durable a remis à deux crowdfunders anonymes des prix symboliques, pour les récompenser de leur contribution à la transition écologique et énergétique. Leurs témoignages ont été particulièrement inspirants et démonstratifs : on peut parier que la majorité de la salle a été convaincue de tous les avantages qu’il y a à épargner dans les énergies renouvelables !

 

Voir les photos de l’événement. 

Read More
No Comment
La finance participative, facteur durable du développement territorial en Corrèze ?
André Jaunay
Vice-président de FPF
Fondateur de France Angels
Docteur en Sciences de Gestion

Le département de la Corrèze vient de lancer, en partenariat avec la Banque Publique d’Investissement (Bpifrance), et avec l’appui de Financement Participatif France, un programme très original et ambitieux pour développer la pratique de la finance participative, ou crowdfunding, sur son territoire.

Ce programme constitue, par ses objectifs et ses modalités, une innovation majeure : il s’agit de faire de la finance participative un facteur durable d’animation et de développement territorial.

L’idée est de s’appuyer sur le dynamisme extraordinaire du participatif pour favoriser l’esprit d’initiative et le développement d’activités, dans tous les domaines (économie, solidarité, environnement, patrimoine, culture, etc.), et pour valoriser localement l‘ensemble des ressources, dont l’épargne locale, ceci par un effort de communication en direction de l’ensemble de la population.

Lire la suite

 

Read More
No Comment
APE Agency for State of France : Axelle LEMAIRE s’est rendue au Salon des Entrepreneurs jeudi 5 février 2015
AXELLE LEMAIRE SECRETAIRE D’ETAT AU NUMERIQUE,
AUPRES DU MINISTRE DE L’ECONOMIE, DE L’INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE

C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u é d e p r e s s e

w w w . e c o n o m i e . g o u v. f r 

Paris, le 5 février 2015

N° 381

Axelle LEMAIRE s’est rendue au Salon des Entrepreneurs jeudi 5 février 2015

Durant son passage sur les espaces animés par la Caisse des Dépôts et Consignations, Bpifrance, l’INPI, le Ministère de l’économie et des finances ou la Région Île-de-France, Axelle LEMAIRE, secrétaire d’État au Numérique a salué l’engagement des acteurs publics pour accompagner le développement des entreprises en France et à l’international.

En savoir plus. 

Read More
No Comment
La finance participative n’est pas mon ennemie…

 Article paru dans Le Monde.fr | 03/10/2014

 

Le 24 septembre, la première étape du tour de France de la finance participative organisé par « Financement Participatif France » et Bpifrance, se tient à Nantes, en Pays de la Loire. Notre région a été la première, en 2009, à lancer un emprunt populaire auprès des particuliers. Plus de 80 millions d’euros furent rassemblés pour financer un plan anti-crise. Ces fonds ont servi à construire, notamment, des lycées. La communication de la région avait alors marqué les esprits : « nos actions ne sont pas côtées en bourse, elles profitent à tous ». Nous avons renouvelé l’opération en 2012, et l’épargne des habitants des Pays de la Loire (plus de 100 millions d’euros cette fois-ci !) a servi à financer de l’innovation, des investissements et des créations d’emploi dans les PMI et PME du territoire.

Mais les grandes collectivités publiques ne sont pas les seules à appréhender différemment leur financement. Après la crise de 2008 et les dérives de la financiarisation, un vent nouveau souffle. En plein développement, tiré par des citoyens qui veulent donner un sens à l’usage fait de leur épargne, le financement participatif, ou « crowdfunding », ouvre de nouvelles opportunités.

Le « crowdfunding » est par nature populaire puisqu’il rassemble littéralement une « foule » autour de projets. Le développement des plateformes numériques crée de véritables communautés, en charge de sélectionner, de soutenir, puis de permettre la réalisation d’idées qui, sans elles, ne pourraient exister. Des épargnants citoyens se réapproprient la finance ; et décident de ses priorités.

La finance participative n’est pas réservée aux projets très innovants, ni à la sphère des geeks. Des projets bien installés savent susciter l’adhésion et mobiliser, en complément de leurs ressources habituelles, des apports individuels nouveaux. C’est par exemple le cas du Festival Interceltique de Lorient. Des entreprises aussi, telle la société Canibal à Gennevilliers, qui crée des machines de recyclage des emballages de boisson et qui levé 1,7 millions d’euros pour assurer la stabilité financière de son modèle et renforcer son parc de machines.

Plus de souplesse, plus de transparence, de la rapidité dans les décisions prises par les internautes et donc dans la levée de fonds, voilà la recette de ces nouveaux outils et voilà ce qui explique leur succès.

Pour les acteurs publics, l’enjeu majeur du financement participatif est de rendre locale l’utilisation de l’épargne. Aux côtés des grandes plateformes qui font parler d’elles (MyMajor Company, KissKissBankBank, ou Ulule), le développement de plateformes locales permettra de créer un « circuit court de la finance ». Les collectivités territoriales, et notamment les régions chefs de file du développement économique, peuvent favoriser et accompagner l’émergence de plateformes pionnières. L’objectif est de trouver des solutions financières pour des projets locaux qui n’ont pas accès aux circuits traditionnels de financement, mais qui constituent néanmoins des projets clés pour l’avenir des territoires. C’est par exemple le cas du financement de l’accès au foncier et de l’installation des jeunes agriculteurs qui se heurtent pour le moment à un manque d’ingénierie financière. C’est aussi le cas de l’agroalimentaire. My New Start Up, plateforme dont le siège social se situe à Nantes, soutient le projet « En direct des éleveurs », dont le besoin financier est estimé entre 800.000 et 1 million d’euros pour pouvoir démarrer les travaux d’une laiterie de nouvelle génération, avec pour objectif la transformation et la vente directe par les éleveurs.

Construit pour répondre à des objectifs de développement local, le financement participatif peut devenir un pilier du retour à une économie de la coopération. Une économie loin des dérives spéculatives, qui replace l’humain au centre des échanges, qui redonne de la proximité, qui recrée de la force collective et du lien social. Car confiance et solidarité sont essentielles à la créativité, à l’innovation ! Contrairement à ce qu’affirme le credo libéral, il n’y a pas que la concurrence qui pousse à innover ! Un environnement solidaire, se savoir soutenu, mis en confiance, c’est essentiel pour prendre des risques.

Nous allons créer en Pays de la Loire un label du « crowdfunding » local. Notre vocation, pas plus que celle du secteur bancaire traditionnel, n’est pas de nous substituer aux initiatives des plateformes privées. En revanche, les pouvoirs publics doivent veiller au respect d’une réelle éthique et aux garanties apportées aux épargnants qui s’engagent. Pour que cette nouvelle finance attire vraiment les foules … et qu’elle permette à tous ces porteurs de projet, de la culture à l’innovation industrielle, lassés des portes closes, de libérer leur créativité et de tenter leur chance.

Christophe Clergeau est premier vice-président de la Région Pays de Loire

 

Read More
No Comment
Salon des entrepreneurs 2015 : restauration, numérique et crowdfunding à l’honneur

Article paru dans Chef d’entreprises.com | 15/01/2015 | Eloïse Cohen

 

Les 4 et 5 février, le Salon des entrepreneurs 2015 donnera le pouls de l’entrepreneuriat français. Outil pratique et espace de rencontres et d’échange, l’événement est consacrée à trois grandes tendances : la restauration, le financement participatif et le numérique. 60000 visiteurs sont attendus.

Pierre-Antoine Granjon, Frédéric Mazzellaou encore Vincent Ricordeau y seront. Manuel Valls, Pierre Gattaz, Carole Delga aussi, tout comme le chef Thierry Marx et le champion olympique Edgar Grospiron. Consacré à la création et au développement des entreprises (transmission, reprise, franchise, financement, innovation), le Salon des entrepreneurs 2015 réunira, les 4 et 5 février, au Palais des Congrès de la Porte Maillot, 150 personnalités économiques, politiques et institutionnelles. Et s’ils font le déplacement, c’est que l’événement, avec ses 400 partenaires et exposants et ses 200 conférences et ateliers, devraient attirer 60 000 visiteurs.

Outil pratique et espace de rencontres, d’échanges et de business, le SDE se veut également le révélateur des nouvelles tendances entrepreneuriales. C’est pourquoi, cette année, il fait la part belle à trois secteurs : la restauration (avec la présence de La Ruche qui dit oui, Bagel Corner, etc.), le numérique (avec l’espace inédit Small Business Tech et le village Start-Up factory dédié aux jeunes pousses du numérique) et le financement participatif. Et sur ce thème, la manifestation, organisée par le groupe Les Echos, réussit à rassembler la totalité des leaders du secteur (KissKissBankBank, Ululle, MyMajorCompany, Lendopolis, HelloMerci, Unilend, Anaxago, Widded, Axiona, etc..). L’inscription, gratuite, se fait ici.

Read More
No Comment
Le crowdfunding régional tisse sa toile

Article paru dans La Tribune Objectif Languedoc-Roussillon | 15/01/2015 | Amandine Ascensio

 

Une réunion thématique, organisée à Montpellier le 15 janvier par la CCI L-R, le prouve : le financement participatif des projets d’entreprises, ou d’entreprises elles-mêmes, mobilise les acteurs régionaux. Entre accompagnement et création de plates-formes plus ou moins spécialisées, les initiatives se multiplient.

Les acteurs de l’économie régionale, et notamment ceux actifs dans l’aide à la création d’entreprise, regardent tous attentivement la multiplication des plates-formes de financement participatifs qui attirent les porteurs de projets : le financement d’un projet restant toujours compliqué à mettre en œuvre, le crowdfunding, ou financement par le public, reste une bonne option pour lever des fonds, mais également valider un marché pour son produit. Un système qui remporte tellement de suffrages qu’en France, quelque 37 plates-formes ont déjà été recensées par bpifrance. Sans atteindre un nombre aussi record, en région, certaines des plates-formes se créent avec des spécificités.

C’est notamment le cas du réseau Initiative France, spécialisée dans l’aide à la création d’entreprise par l’octroi de prêts d’honneurs (comprendre à taux zéro) et dont l’antenne régionale ambitionne de lancer, d’ici la fin de l’année 2014, une plate-forme de financement de ce type pour les entreprises qu’elle accompagne.

« Attention, cette plate-forme aura quelques conditions d’accès, annonce Mickaël Lapostolle, d’Initiative-LR. Les projets qui seront placés dessus seront ceux qui seront déjà accompagnés par des incubateurs ou des pépinières. » La raison ? « Une entreprise qui est accompagnée a beaucoup plus de chance de réussir », justifie Mickaël Lapostolle.

Deux plates-formes régionales

Parmi les plates-formes sur le point d’être créées en région, deux projets se distinguent. Tout d’abord celui de Fabrice Baila, créateur de MywinTPE, une plate-forme de crowdfunding dédiée à l’augmentation des fonds propres d’une entreprise candidate.

« Autrement dit, il s’agit de la prise de participation au capital des sociétés qui ont besoin de financement, explique-t-il. Cela permettra aux sociétés d’avoir un apport plus conséquent pour aller chercher les banques. »

Les montant demandés s’élèvent entre 100 000 € et 1 M€ : « Au-delà de 500 000 €, les projets attirent moins », note Fabrice Baila, attribuant la frilosité des investisseurs à l’absence de culture de prise de participation au capital des entreprises en France, « à l’inverse des Etats-Unis ». Sa plate-forme, devrait être lancée d’ici à la fin février : elle est en attente de l’agrément délivré par l’AMF (Autorité des marchés financiers).

Ensuite, Enerfip est une plate-forme de crowdfunding dédiée aux projets autour des énergies renouvelables. Fondée par quatre personnes, elle aussi attend l’agrément de l’AMF pour pouvoir se lancer, d’ici la fin du premier trimestre 2015.

« Nous travaillons en partenariat avec Enercoop, le fournisseur coopératif régional d’électricité issue des énergies renouvelables et dans l’ensemble, le ticket moyen est à 100 €, sur des projets qui se montent à près de 100 000 € », détaille Julien Hostache, l’un des fondateurs du site.

Lorsque les plates-formes spécialisées seront agréés, elles pourront figurer sur le site regroupant les plates-formes de crowdfunding lancé par bpifrance en 2014, tousnosprojets.fr.

Read More
1 2