Exclusif: plus d’un million de Français adeptes du crowdfunding

No Comment

Article paru dans BFM BUSINESS | 24/07/2014 | Par Anthony Morel

Selon les chiffres que s’est procuré BFM Business, 66 millions d’euros de financement participatif ont été levés au premier semestre 2014 en France, et 1 million de Français ont prêté ou donné des fonds.

 

Le crowdfunding entre dans les moeurs. BFM Business vous révèle en avant-première, ce 24 juillet, le bilan chiffré du financement participatif au premier semestre. Sur les six premiers mois de l’année, 66 millions d’euros ont été levées sur les plateformes françaises. C’est le double de l’an dernier sur la même période. En tout plus d’un million de Français ont déjà prêté ou donné de l’argent pour financer un projet de cette manière. Un vrai succès. Même si les plateformes françaises peinent à se faire une place face au géant américain Kickstarter.

Les startups françaises et le crowdfunding, c’est une affaire qui marche. Quelques success story flamboyantes sont là pour en témoigner. Hexo+, un projet grenoblois de drone équipé d’une caméra qui vous suit à la trace, voulait lever 50.000 dollars, il en a récolté 1,3 million auprès des internautes. Même chose pour les Lillois de Giroptic, et leur caméra qui filme à 360 degrés: 1,4 million de dollars levés, 10 fois leur objectif initial. A un détail près: à chaque fois, c’est sur Kickstarter que ça se passe, un site américain.

Le syndrome Dailymotion face à Youtube

Pourtant la France ne manque pas d’atouts. Le cadre réglementaire est plutôt bien conçu et attractif de l’avis des professionnels. Ses plateformes de crowdfunding, nombreuses -Ulule, KissKissBankBank, MyMajorCompany- attirent des dizaines de milliers de projets, souvent plus modestes. Difficile pour ces acteurs nationaux de faire le poids, face à un rouleau compresseur d’envergure mondiale, qui fait miroiter aux yeux des entrepreneurs français des levées de fonds de plus en plus spectaculaires et une visibilité incomparable. Et peu importe si dans les faits, moins d’un projet sur deux atteint son objectif de financement. Plus qu’un tremplin, Kickstarter est une machine à vendre du rêve.

Pour pouvoir lancer un projet sur le site, il faut disposer d’une filiale aux Etats-Unis, avec un représentant physique. Mais ça ne décourage pas de nombreux entrepreneurs français de sauter le pas. Car le jeu en vaut la chandelle. Se faire remarquer sur la plateforme américaine, c’est l’assurance d’être repris dans la presse spécialisée du monde entier. Un gage de crédibilité qui permet ensuite de lever beaucoup plus facilement des fonds auprès d’investisseurs traditionnels.

« C’est une simple question d’exposition » explique le fondateur de Lima, un boîtier de stockage de données qui a enflammé la toile. Lui aussi a choisi Kickstarter, où il a récolté plus d’un million de dollars. « En France, on en aurait levé 70.000 » explique-t-il. Au fond, c’est un peu le syndrome Dailymotion face à Youtube. La clé, à écouter un professionnel, serait de créer, comme certains Français commencent à le faire, de vraies plateformes de crowdfunding européennes, seules capables de rivaliser avec la pieuvre Kickstarter.

 

Relatived Posts
Projet de loi Macron : Quelles implications pour le crowdlending? ( 25 Juin,2015 )
Fleur Pellerin ouvre un nouveau marché en soutenant le développement du crowdfunding ( 14 Oct,2013 )
La revue de presse du Baromètre du crowdfunding 2015 ( 20 Fév,2016 )
Retour sur le 1er Forum du Crowdfunding en Méditerranée ( 22 Nov,2016 )
Harmonisation des indicateurs pour les plateformes de prêt en financement participatif ( 8 Nov,2017 )