Baromètre du crowdfunding 2016

No Comment

Le 21 février dernier, une conférence de presse a été organisée par FPF et son partenaire KPMG à la Maison de Crowdfunding dans le cadre de la parution du baromètre 2016 du crowdfunding en France. L’étude révèle une croissance de 112% de la finance alternative (qui inclue le financement participatif, le prêt à la consommation en ligne, les fonds de prêt aux entreprises, la solidarité embarquée et les cagnottes en ligne). Le financement participatif a encore une fois bien progressé sur la période 2015-2016 avec une croissance des montants collectés de 40% passant de 166,8 millions en 2015 à 233,8 millions d’euros.

On dénote la plus forte progression sur les collectes en prêt (+46%), suivi de près par le financement participatif en don (+37%) et en investissement (+36%).

Le montant des collectes est notamment significatif sur le don avec récompense (61,4 millions d’euros collectés), le prêt rémunéré (40,2 millions d’euros), les obligations (45 millions) et l’investissement en capital (68,2 millions). Ces quatre secteurs du financement participatif représentent 92% du marché en 2016.

Le don sans récompense collecte 7,2 millions d’euros en 2016, en légère baisse par rapport à 2015. Le prêt non rémunéré stagne sur la période. Enfin le crowdfunding en royalties continu sa progression en doublant quasiment ses chiffres sur la période, en passant de 0,22 million d’euros collectés à 0,4 million (+82%). Malgré un poids moindre en termes de volumes, ces types de financements permettent d’adresser d’autres typologies de projets.

Logiquement grâce à cette bonne croissance au niveau du marché, le nombre de projets financés s’en retrouve impacté avec une progression de 20%, passant de 17 775 projets financés fin 2015 à 21 000 fin 2016.

Le secteur de la finance participative se développe encore dans de bonnes mesures. Sa progression reste néanmoins moins importante que sur la période 2014-2015 signe que « le marché gagne en maturité ».

Concernant la typologie des porteurs de projet, sans surprises les associations sont les structures faisant appel au financement participatif en don quand les entreprises commerciales sont davantage concernées par le prêt rémunéré et l’investissement. De manière globale, les secteurs financés en crowdfunding se répartissent de la manière suivante : économique (47%), culturel (19%) et social (25%).

Enfin, notons que quasiment un quart des projets (23%) sont issues de l’Île de France, suivi par la région Auvergne-Rhône-Alpes (14%) et Nouvelle Aquitaine (12%). Ces 3 régions concentrent 50% des porteurs de projet au sein de la finance participative en France.

Ce baromètre nous confirme la bonne santé du secteur et la continuité de sa capacité de développement. La confiance et le support de la foule étant présent pour financer les projets, les perspectives étant encourageantes à la vue des évolutions sur la période 2015-2016, l’un des prochains enjeux du secteur sera potentiellement d’harmoniser le développement du crowdfunding sur l’ensemble du territoire français.


Méthodologie employée pour l’année 2016

Contrairement aux années précédentes, FPF a décidé pour son Baromètre 2016 de revoir la méthodologie employée pour plus de clarification. Alors que dans les éditions précédentes les données regroupaient des acteurs parfois éloigner du financement par la foule, cette année, la distinction a été faite entre la finance alternative et la finance participative. La finance alternative regroupe un large panel d’acteurs dans des domaines tels que le financement participatif mais également le prêt à la consommation en ligne, les fonds de prêt aux entreprises, la solidarité embarquée et les cagnottes en ligne (tel que présenté dans l’étude publiée par l’université de Cambridge par exemple). La finance participative est une catégorie de la finance alternative et regroupe les plateformes Internet permettant à un ensemble de contributeurs de choisir collectivement de financer directement et de manière traçable des projets identifiés. Ils sont immatriculés comme Intermédiaire en financement participatif, comme Conseiller en investissements participatifs ou comme Prestataire de services d’investissement.

Profil des répondants :

76 plateformes ont été interrogées, qui peuvent avoir plusieurs modèles transactionnels.
3 répondants pour cagnotte en ligne ; 2 pour fonds de prêts aux entreprises en lignes ; 3 répondants pour prêt à la consommation ; 1 répondant pour solidarité embarquée ; 72 répondants en finance participative dont 36 en prêt (16 en prêt rémunéré à destination des entreprises, 13 en prêt en obligation, 4 en prêt minibons / bons de caisse et 4 en prêt non-rémunéré) ; 33 répondants en don (26 en don avec récompense et 7 en don sans récompense) et 23 en investissement (21 en capital et 2 en royalties).

Le Baromètre 2016 du crowdfunding en France est téléchargeable ICI.

Retrouvez les commentaires de Nicolas Lesur, président de FPF, dans un interview pour Challenges : Lire l’article: « Plus de 2,5 millions de français séduit par le crowdfunding » sur le site Challenges.fr 

Relatived Posts
Les 15 propositions de FPF pour le développement du crowdfunding ( 17 Sep,2015 )
Crowdfunding, a white weapon in a buoyant Middle East ( 28 Nov,2015 )
How to build a more competitive and innovative European Fintech sector? ( 15 Juin,2017 )
Baromètre FPF 2014 – la revue de presse ( 20 Fév,2015 )
5th European Crowdfunding Network convention ( 11 Juil,2016 )