Monthly Archives: Jan 2018

No Comment
Le crowdfunding, sûrement pas un effet de mode
La finance innove pour répondre aux besoins des porteurs de projet de diversifier leurs sources de financement et aux particuliers d’accéder à une offre plus large et transparente de financements : crowdfunding, affacturage, cagnotte, arrondi solidaire, fonds de prêt 100% digital… les outils financiers et moyens d’action pour financer l’économie réelle sont nombreux !
Ce 18 janvier 2018, KPMG et Financement Participatif France ont publié le Baromètre du crowdfunding 2017, qui confirme la tendance.

En 2017, 940 millions d’euros ont été collectés par les acteurs français de la finance alternative, soit une progression de 50% par rapport à 2016. Parmi ces acteurs, des plateformes de crowdfunding en don, prêt ou investissement (pour 36% des fonds collectés), des fonds de prêts en ligne pour le financement des entreprises ou des solutions d’affacturage (pour 23% des fonds), des cagnottes en ligne (pour 16% des fonds), des sites de prêts à la consommation (pour 25% des fonds) et des solutions de collecte de micro-dons.

Le financement participatif continue d’avoir le vent en poupe, avec une croissance de 44% passant de 234 millions d’euros collectés en 2016 à 336 millions en 2017. Ce sont les plateformes de prêt qui connaissent la croissance la plus importante, permis grâce à une diversité d’outils de financement répondant aux besoins d’entreprises variées, en particulier l’émission d’obligations qui permet de financer des projets de production d’énergies renouvelables ou de promotion immobilière.

Les typologies de projets financés sont très variées, et dépendent souvent du type de financement utilisé.

Les plateformes de financement participatif en don (avec ou sans contrepartie) s’adressent essentiellement à des projets culturels (46%) tels que des spectacles, des projets musicaux ou des publications ; et sociaux (32%), qu’il s’agisse de projets humanitaires, sportifs ou éducatifs. Mais de plus en plus de projets économiques (des projets agricoles, des commerces ou services de proximité, etc.) font appel aux plateformes pour le lancement d’une entreprise ou d’un nouveau produit afin de tester le marché.

Les plateformes de prêt concentrent la plus large variété de projets, avec quelques projets culturels (à hauteur de 4%) et sociaux (à hauteur de 2%) via du prêt non rémunéré ou avec intérêt. Les projets financés en prêt sont tout de même essentiellement issus du secteur économique. Une large proportion des financements en obligations (81%) est adressée à la promotion immobilière et la construction. Les plateformes de prêt financent également des commerces et services (45% des prêts rémunérés sont destinés à ce secteur), des industries (20% des financements en prêt rémunéré) et des projets d’énergies renouvelables (62% des fonds levés en minibons).

Enfin, le financement en investissement en capital – le financement en royalties ne concerne qu’une très faible proportion – s’adresse exclusivement à des projets économiques. 29% des fonds levés permettent le développement de startups du numérique et de la technologie, et 25% financent des entreprises dans le commerce et les services, 15% à des startups dans la santé et 14% à) des projets contribuant à la transition écologique et énergétique.

 

Sur les 336 millions d’euros collectés via les plateformes de crowdfunding, 307 millions, soit plus de 90% des financements, financent des TPE/PME, des startups ou des entreprises de l’économie sociale et solidaire (associations, coopératives, etc.). Le financement participatif est un outil au service du financement de l’économie réelle. Il permet d’impulser des dynamiques économiques dans nos régions et offre aux particuliers un outil de financement transparent et ou leur épargne peut être affectée de manière directe et traçable au projet qu’ils ont choisi.

[Retrouver le baromètre du crowdfunding 2017, réalisé par KPMG pour FPF]

[Lire le communiqué de presse du 18/01/2018]

Read More
No Comment
World Efficiency, nous y étions !

La France bénéficie de l’image d’une place dynamique en matière de finance verte. Les acteurs financiers français se sont largement mobilisés lors de la COP 21 puis de l’Accord de Paris. Ils seront à nouveau présents lors du sommet « Finance et Climat » organisé par l’Elysée le 12 décembre prochain. Dans ce contexte favorable, il s’agit désormais de proposer des solutions opérationnelles pour réorienter les investissements vers une économie bas-carbone.

Le 13 décembre, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) et l’association Financement Participatif France (FPF) ont organisés un colloque sur le financement participatif de projets verts au World Efficiency. L’objectif de cette conférence était de présenter la politique de soutien du MTES en faveur de la finance verte et les initiatives mises en place pour inciter les épargnants à investir dans les projets contribuant à la transition énergétique et écologique. Lancé en septembre 2017, le label « financement participatif pour la croissance verte » porté par FPF et le MTES, est un outil essentiel pour qualifier ces projets. Ce label a pour objectif de valoriser les projets concourant à la transition énergétique et écologiques et garantir leur transparence et engagement environnemental.

A l’occasion du colloque, Laurence Monnoyer-Smith, commissaire général au développement durable a remis un diplôme aux 1ers projets labellisés !

Retrouvez les projets labellisés sur le site du ministère : www.ecologique-solidaire.gouv.fr/financement-participatif

Read More